FAQ – Foire aux questions

Dans cette section vous trouverez les questions fréquemment posées au sujet de la qualité de l’air ambiant, ainsi que de brèves réponses. Si vous souhaitez faire publier ici vos questions avec nos réponses, envoyez-nous un message via notre page de contact.

Oui. En respirant, nous inspirons de l’oxygène et expirons du CO2. Pour cette raison, la teneur en oxygène dans les espaces clos diminue.
Nous déconseillons cela. Il faut renoncer à laisser l’imposte ouverte toute la journée, surtout à la saison fraîche voire froide. D’abord, cela n’apporte pas l’échange d’air souhaité; deuxièmement il y a un risque de condensation et donc de moisissures; troisièmement, cela cause un gaspillage d’énergie car il faut chauffer davantage.
Oui. Les plantes d’appartement augmentent l’humidité de l’air ambiant. C’est particulièrement bon pour la santé en hiver, lorsque l’air est sec. Cela prévient des irritations aux voies respiratoires. La poussière ambiante se colle aux feuilles. Cela réduit la charge de particules dans l’air ambiant. Veillez donc à dépoussiérer régulièrement vos plantes avec précaution. Les plantes d’appartement filtrent une petite partie des polluants présents dans l’air. Attention: l’humidité excessive de l’air peut faciliter la croissance de moisissures; dans ce cas, il faut plutôt éviter les plantes d’appartement. Source: «die umweltberatung»
Une humidité atmosphérique agréable se situe à env. 40 – 70%. Il faut cependant savoir que les moisissures se développent à partir d’un taux d’humidité de 70%.
Chaque personne a sa perception de la température et de son bien-être; cela dépend également de l’utilisation des pièces. En principe, la température ambiante idéale est de 20 à 23 degrés. Par contre, dans la chambre à coucher 16 à 18 degrés suffisent.
Un bon air se compose de l’interaction de plusieurs facteurs, dont les plus importants sont: l’humidité de l’air, la température, une charge minime de polluants, une certaine teneur d’ions atmosphériques. Vous trouverez les valeurs indicatives à la rubrique «Un bon air ambiant».
Augmentez l’humidité de l’air ambiant; des huiles curatives, des pommades et des rinçages à l’eau de mer ont une action préventive, apaisent et soignent les muqueuses nasales desséchées. La sécheresse nasale se manifeste souvent en hiver (le chauffage fait baisser l’humidité naturelle de l’air). Mais en général, l’air des locaux climatisés est également sec. Des muqueuses nasales sèches ne sont pas seulement désagréables, elles peuvent également avoir un effet négatif sur la santé.
Les moisissures sont souvent cachées dans les murs et derrière les coffrages. Une odeur de cave, de moisi, des endroits humides ou des dégâts d’eau, des réactions allergiques peuvent être des indices de moisissures cachées.
Parlez-en au personnel enseignant: faites introduire des pauses d’aération (y compris pendant les heures de cours). Veillez à ce que l’aération soit bonne durant la récréation. Posez un appareil de mesure du CO2 pour le contrôler en temps réel.
Les climatiseurs doivent être en mesure de répartir l’air frais dans l’espace de manière uniforme sans être entravés (p.ex. par des armoires, des coins, des rideaux). Veiller à ce que personne ne se trouve en permanence dans le flux d’air frais du climatiseur.
Le parquet a les mêmes exigences que les êtres humains: une humidité de l’air de 40 à 60 % et une température entre 18 et 22 degrés. L’humidité atmosphérique trop élevée fait gonfler le bois, ce qui peut causer des plissements. Un air trop sec le fait rétrécir, ce qui peut produire des fissures. La température trop élevée fait sécher le bois et peut donc également créer des fissures.
Les odeurs peuvent être de natures très diverses et si elles perdurent, elles peuvent être de vraies nuisances. Il est important de remonter aux sources: les odeurs peuvent provenir de votre aménagement (meubles, laques, tapis) ou d’un tuyau d’évacuation défectueux. Mais dans les appartements, des odeurs désagréables peuvent se propager depuis d’autres pièces par des courants d’air. Si vous ne parvenez pas à établir la cause, faites recours à un spécialiste du bâtiment.
Oui. Les valeurs des poussières fines et de l’ozone peuvent être consultées à tout moment, p.ex. par le télétexte. Évitez d’aérer à fond dans les moments de forte pollution.